Gydrelle Phyto Fort

    • Complément alimentaire
    • Femme

    Complément alimentaire* à base d’Isoflavones de soja** et de phyto-oestrogènes spécialement adaptés pour la ménopause

    Les comprimés Gydrelle phyto Fort sont concentrés en Isoflavones de soja (garantis sans OGM). Les Isoflavones sont des phyto-oestrogènes, c’est-à-dire des substances naturelles végétales qui présentent une structure proche de l’œstradiol, l’une des principales hormones féminines. Présentés sous forme concentrée, les Isoflavones contribuent à diminuer les désagréments de la ménopause.
     

    Conseils d’utilisation

    Les comprimés Gydrelle Phyto Fort sont dosés à 90 mg d’Isoflavones.
    1 comprimé par jour en 1 prise
    Ne pas dépasser la dose journalière recommandée.
    Tenir hors de la portée des enfants.
    Déconseillé chez les femmes enceintes.
    A utiliser uniquement dans le cadre d’une alimentation variée et équilibrée et d’un mode de vie sain.

    En cas d’antécédents ou de factures de risques familiaux de cancer du sein, l’utilisation de Gydrelle Phyto Fort nécessite un avis médical.

     

    Ingrédients

    Isoflavone de soja** (extrait) : 90 mg par comprimé, maltodextrine, phosphate tricalcique, sels de magnésium d’acides gras, gomme laque, talc, saccharose, gomme arabique, cire de carnauba micronisée, gélatine. Colorant : dioxyde de titane, oxyde de fer jaune, rouge cochenille

    Triman-Blister

     

    Pour plus d’informations : consignesdetri.fr
     
     
    * Un complément alimentaire ne doit pas se substituer à une alimentation variée et équilibrée et à un mode de vie sain. Pour votre santé, mangez au moins cinq fruits et légumes par jour, www.mangerbouger.fr
    ** Soja sans organisme génétiquement modifiée.
    Il n'y a pas encore d'avis pour ce produit, mais vous pouvez en rédiger un en cliquant sur le lien ci-dessous.
    • Coordonnées

    • Avis

    menopause

    Ménopause

    Arrivée à la ménopause, l’organisme ne produit plus du tout d’oestrogènes. Il met plus ou moins longtemps à s’adapter à ce manque. Une fois l’organisme adapté, les bouffées de chaleurs vont finir par disparaître.

    > Lire la suite